Amender encore et toujours les sols

Les cultures maraichères ont la particularité d’avoir des cycles de végétation en général courts et de ne supporter de ce fait aucune rupture d’alimentation. Les sols sur lesquels elles sont cultivées, subissent des rotations très soutenues, parfois en monoculture et régulièrement en mono famille botanique.
Face à ce régime intense, les sols doivent en permanence être amendés tant au niveau organique qu’au niveau calcique.
Ce dernier point est particulièrement important compte tenu du rôle prépondérant du calcium dans la conservation des légumes.
En raison de la sensibilité spécifique des légumes aux agression cryptogamiques, bactériennes ou virales, le choix de l’amendement organique revêt un caractère d’une importance capitale en particulier au regard de son innocuité sanitaire.